Home

image

Hollande, le spécialiste de l’action passive

Hollande a un trait de caractère, il est indécis, il ne sait pas décider.

En toute situation, il essaie de concilier une chose et son contraire. C’est un trait de caractère que l’on retrouve dans son comportement avec les femmes: il ne sait pas s’engager, ce qui passe pour du Donjuanisme.

C’est aussi une formation, une expérience, qui est celle de « synthétiseur ». Il est resté, au fond de lui-même, l’homme de la Synthèse Socialiste. Entendez par synthèse, non le dépassement réel des contradictions, mais leur faux dépassement par… la parole.

Avec Hollande, nous ne sommes pas dans la dialectique, mais dans le jeu rhétorique.

On monte les impôts tout en les baissant, on réduit les déficits tout en les enflant, on maintient les 35 heures tout en les escamotant, on lutte contre le chômage tout en favorisant la compétitivité par les suppressions d’emplois, on fait cocorico tout en bradant les entreprises françaises à l’étranger, on stimule l’investissement tout en pénalisant la formation de capital!

La liste est longue, mais vous avez compris, servez-vous de cette clef pour décoder Hollande: c’est le spécialiste de l’action passive.

Encore il y a quelques temps, il a montré ses capacités rhétoriques, que l’on pourrait appeler ses capacités de pirouette, en projetant ses propres problèmes sur le Parti Socialiste, son parti.

Lui qui a depuis longtemps fait la preuve de son archaïsme, de ses visions étroites et limitées, lui qui a conduit deux années de politique calamiteuse en pilotant le regard rivé sur le rétroviseur, a osé stigmatiser son parti en le traitent d’attardé et de ringard. Bref, il utilise l’argument éculé du pseudo modernisme que Mitterrand a utilisé en son temps pour justifier ses volte-faces, quand il a liquidé Mauroy et imposé Fabius.

Quand il a le dos au mur, il décide… de passer à l’action passive.

 « En Syrie: Hollande ordonne des vols de reconnaissance, exclut toute intervention au sol. Des vols de reconnaissance seront menés à partir de mardi au-dessus de la Syrie pour y mener des frappes contre l’organisation Etat Islamique, a annoncé lundi le président français François Hollande, qui a exclu toute opération au sol dans ce pays. J’ai demandé au ministre de la Défense que dès demain puissent être menés des vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie. Ils permettront d’envisager des frappes contre Daech, en préservant notre autonomie d’action et de décision, a déclaré M. Hollande au cours d’une conférence de presse. Aujourd’hui en Syrie, ce que nous voulons, c’est connaître, savoir ce qui se prépare contre nous et ce qui se fait contre la population syrienne. »

Il n’y a que deux décisions possibles pour un vrai chef; mais pour cela il faudrait une vraie capacité d’élaboration stratégique, ce que Hollande n’a pas:

-Ou bien on considère que l’on n’a aucune chance de remporter une victoire et on cesse de provoquer la haine, le terrorisme. Ce qui veut dire que l’on arrête la sous-traitance au service des néocons par cet interventionnisme humiliant, à la botte de l’impérialisme, sous traitance qui ne rapporte rien.-Ou bien on joue au va-t-en guerre façon BHL et Juppé réunis et on élabore une politique qui se fixe pour but l’éradication par tous les moyens.

Entre deux, c’est faire le malheur des Français par la stimulation du terrorisme, par l’exacerbation du problème migratoire, par la dislocation du corps social face à la question islamique.

Même en politique étrangère, Hollande pratique le tiers-payant socialiste, il fait payer ses erreurs, ses inconséquences et son incapacité à choisir une politique aux Français, aux citoyens. Ces gens-là, tant qu’ils ne paieront rien et que ce seront les autres qui paieront, ne changeront jamais.

 « Il serait inconséquent et irréaliste d’envoyer des troupes françaises en Syrie au sol, a par ailleurs souligné M. Hollande. Irréaliste parce que nous serions les seuls, inconséquent parce que ce serait transformer une opération en force d’occupation. Donc nous ne ferons pas d’intervention au sol, pas plus d’ailleurs que nous n’en faisons en Irak, a-t-il déclaré. »

Cette rhétorique ne veut rien dire, c’est du Diafoirus, c’est du discours de préau d’école.

Hollande n’a pas compris, ou alors il dissimule, le fait que sa politique nous place en état de guerre larvée, non déclarée, en état de guerre avec ses conséquences: l’insécurité sur notre sol et l’envahissement par les populations étrangères plus ou moins amies et plus ou moins ennemies.

Ensemble contre la politique jacobine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s