Home

image

Drôle d’épopée que celle du fusil d’assaut français FAMAS F1 en Irak et en Syrie !

Qui aurait cru un jour que ce bullpup (Ndlr : arme à feu de taille réduite mais altération de la longueur du canon) ayant équipé en dotation standard l’armée française durant des années allait se retrouver un jour en Irak et en Syrie aux mains de quelques « révolutionnaires » syriens et de terroristes de l’armée de l’organisation connue sous le nom d’État Islamique ?

Un combattant de Jund Al-Khilafa affilié à Daech utilisant une variante du fusil d’assaut français Famas F1 (Copie? Ancienne variante?).

Daech est avec le Front Ennosra, l’une des très rares organisations terroristes à avoir reçu des fusils Bullpup français via des intermédiaires du Conseil de Coopération du Golfe. L’armée syrienne a pu saisir des dizaines de caisses larguées du ciel contenant des munitions (5.56X45 mm) destinées à ce type de fusil. Un calibre introuvable en Syrie

La présidence française actuelle a osé faire ce qu’aucun gouvernement français ni autre intermédiaire dans le florissant commerce des armes n’a osé imaginer : transformer le FAMAS en une arme de terroriste !

Officiellement, il n’a jamais été question de livraison d’armes aux rebelles du Moyen-Orient. C’était à peine si on murmurait entre Londres et Paris que c’était juste quelques armes (babioles) non-létales comme un ou deux gilets pare-balles…Et pourtant !

L’Angleterre n’osa pas livrer ses SA80. Même pas les plus anciennes versions de ce fusil. Il est vrai que son usage n’est pas du tout populaire et encore moins commode. La France, dans un élan de solidarité sans précédant avec les rebelles dans le monde arabe est allée jusqu’à vendre la première version de son fusil FAMAS aux rebelles et aux terroristes de l’État islamique. En petites quantités il est vrai, moins de 600 unités selon des indiscrétions. Mais la symbolique est grande.

Il fut une période où tous les révolutionnaires de la planètes arboraient le fameux Kalashnikov AK-47. Trois décennies plus tard, des révoltes du monde arabe aboutissent à deux conflits internationaux dans lesquels des rebelles sont soutenus par une seule puissance hégémonique. En Libye, les FN FAL, les G3 et les G36 remplacent l’AK-47 comme arme de révolutionnaires ! Cela a donné lieu à de nombreuses critiques quant à l’implication trop flagrante de pays de l’Otan aux côtés des rebelles. Chose que l’on a voulu éviter en Syrie, où l’ensemble des armes livrées par les États-Unis, le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne aux rebelles syriens est demeuré jusqu’à fin 2013 issu des stocks des anciens pays de l’Europe de l’Est ou bien des arsenaux libyens livrés aux quatre vents.

Puis vint le temps du doute cartésien. Al-Assad était fort de l’appui et surtout de la cohésion de son armée et de ses alliances stratégiques. Les rebelles subissaient défaite sur défaite. L’Armée syrienne libre, l’un des groupes rebelles que l’Occident considère à tort comme laïc, était minée par les dissensions internes et la corruption au point où on évoquait ouvertement sa disparition. C’est à ce moment que certains pays d’Europe, tentant de faire quelques rentrées d’argent en ces temps de vaches maigres, allèrent jusqu’à brader des stocks entiers de vieilles variantes d’armes de guerres issues de leurs arsenaux nationaux.

En décembre 2013, une unité de l’armée régulière syrienne prend d’assaut une localité tenue par trois groupes de la rébellion syrienne après que ces derniers ont subi pendant des jours un bombardement aérien en règle.

Lors de leur avancée dans le fief rebelle, des soldats syriens rapportèrent avoir entendu un bruit d’arme automatique assez particulier et inhabituel émanant des positions rebelles. Un officier a même consigné dans son rapport radio un possible usage par les rebelles dans cette zone de fusils d’assaut autrichiens Steyr AUG. Ce dernier a été utilisée dès 2012 par les unités d’élite de la rébellion.

Mais le bruit n’était pas identique. À la fin des combat, un soldat découvrit la dépouille de ce qui paraissait être un chef de groupe rebelle et à ses côté un fusil d’assaut comportant des inscriptions en français. C’était un Famas F1. Dans un très mauvais état.

Avec le temps, l’exploitation de rapports rebelles capturés par les renseignements de l’armée de l’air syrienne révéla entre autres que les unités de FAMAS F1 livrées par la France n’ont pas rencontré un grand succès parmi les rebelles. Certains de ces derniers avaient eu pas mal de difficultés à trouver des munitions adaptées à cette arme. De plus l’arme est irréparable en cas de casse. Enfin d’autres firent état de difficultés techniques et deux cas d’explosion soudaine de l’arme en plein usage ont été mentionnés.

Cela n’empêchera pas la vente de cette arme au design particulier aux radicaux de l’État islamique, dont certains connaissent bien ce bullpup pour en avoir pillé quelques spécimens dans les magasins d’une unité spéciale de la brigade de lutte antiterroriste irakienne.

Porté par un idéal socialiste d’une acception particulière, Hollande a t-il rêvé de voir le FAMAS devenir l’arme des révolutionnaires ?

Quoi qu’il en soit, trois FAMAS sont apparus dans des vidéos entre les mains d’éminents chefs de l’organisation l’État islamique, laquelle subit actuellement les foudres de l’aviation américaine au Nord de l’Irak…

Ensemble contre la politique jacobine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s