Home

image

Les Citoyens du Vote Blanc souhaitent présenter un “Candidat Blanc” aux présidentielles 2017.

Ce candidat ne fera miroiter aucune promesse irréalisable, ni programme économique dogmatique mais portera un projet ayant pour objectif de rendre la parole aux citoyens.

Le candidat blanc n’est ni nocif, ni dangereux pour le pays.
Il n’est pas là pour gérer les affaires économiques, sociales ou écologiques…

Un “candidat blanc” président ?! Mais quel est cet étrange scénario ?

Le projet du “candidat blanc” se résume en 3 étapes :

Incarner le vote blanc et le refus de l’ensemble de l’offre politique.

Organiser une grande consultation populaire afin que les Français puissent s’exprimer sur leurs réelles attentes.Invalider le scrutin en se retirant.

Son but consiste à empêcher que les mêmes mauvaises solutions ne se répètent éternellement, et à provoquer une transition démocratique au cours de laquelle le peuple sera consulté sur un ensemble de questions capitales.

Pendant cette période de transition, les institutions resteront en place. L’art. 7 de l’actuelle Constitution prévoit qu’en cas de ”vacance du Président”, le président du Sénat assure l’intérim.
Il lui sera donc confié la gestion des affaires courantes.

A l’issue de sa mission, le « Président blanc » se retirera (pour invalider le scrutin et permettre qu’une nouvelle élection ait lieu).

Première étape : Refuser une offre politique inadaptée, insatisfaisante ou dangereuse.

Le “candidat blanc” incarne le refus de l’offre politique dans sa globalité.

Il représente un vote blanc qui compte dans le résultat des suffrages exprimés.

Il offre ainsi aux électeurs qui le souhaitent la possibilité de manifester leur insatisfaction politique sans avoir recours à une abstention stérile ou à un vote sanction qui alimente artificiellement le score d’un autre candidat.

Seconde étape : La consultation populaire.

Pour agir au nom du peuple, il faut d’abord le consulter.

Les électeurs sont habitués à voter pour des propositions politiques qui ne correspondent pas toujours à leurs aspirations.

La raison en est simple : On ne leur a jamais demandé leur avis sur leurs véritables attentes.

Or, si nous sommes bien en démocratie, et si les élus sont réellement les représentants du peuple, c’est donc au peuple de fixer la feuille de route qui déterminera les orientations politiques du pays. Pas l’inverse.

C’est pourquoi, afin de mieux identifier les aspirations des électeurs, le “candidat blanc”, une fois élu, organisera une Grande Consultation Nationale dont les résultats serviront de base de réflexion à l’élaboration des solutions politiques.

Troisième étape : Le nouveau scrutin.

A l’issue de la Grande Consultation Nationale, le “candidat blanc” se retirera pour permettre l’organisation d’un nouveau scrutin Présidentiel (comme devrait permettre de le faire une loi reconnaissant véritablement le vote blanc).

Les résultats de la Consultation seront présentés comme un cahier des charges de l’attente citoyenne.

Nous osons espérer que les candidats déchus n’auront pas l’indécence de se représenter, et que les propositions des nouveaux candidats se conformeront au cahier de doléances des Français.

Ensemble contre la politique jacobine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s