Home

Qatar : La France est-elle à vendre ?

image

On peut légitimement se poser la question quand on découvre les milliards alignés par l’Emirat du Qatar en France. Rachat du Paris-Saint-Germain, de palaces parisiens, prise de participation dans Veolia et Vinci, acquisition des droits TV pour la ligue des champions de football… les exemples sont légion.

Tout s’achète

Cette presqu’île, à peine plus grande que la Corse, qui compte 1,5 million d’habitants mais seulement 200 000 citoyens, dispose du revenu par tête le plus élevé de la planète. Cette richesse tient à la situation géographique du pays dont le sous-sol et le rivage regorgent de pétrole et surtout de gaz permettant à ce micro-État de disposer du plus gros fonds souverain de la planète (Qatar Investment Authority) dont les avoirs dépassent les 700 milliards de dollars.

Cette petitesse géographique, le Qatar essaye de la compenser par une politique internationale active, cherchant sans cesse des alliés et une reconnaissance sur la scène diplomatique. D’où sa présence aux côtés de l’OTAN dans la “ croisade ” contre Khadafi… mais aussi la co-organisation de la visite triomphale du président iranien au Liban en 2010.

En dépit de cette opulence (ou à cause d’elle), la peur de manquer est permanente. D’où les investissements tous azimuts où la France, c’est vrai, occupe une place de choix. Comme le rappelait l’un de nos confrères, le Qatar aime tellement la France qu’il a décidé de se la payer ! Plus de deux milliards d’euros ont été ainsi investis dans le domaine industriel mais aussi dans les casinos, la télévision et le sport. Cette démesure s’illustre par exemple dans la volonté des Qataris de délocaliser chez eux le Tour de France 2016. Et ils ne se cachent pas derrière de faux arguments de prestige : seule compte la rentabilité. L’immobilier constitue un autre secteur d’investissement privilégié. Déjà propriétaires du Majestic et du Royal Monceau, les Qataris avaient fait parler d’eux à l’occasion de la restauration en grande partie illégale de l’hôtel Lambert sur l’Île Saint-Louis à Paris.

Le Qatar au secours des banlieues ?

Si l’on a beaucoup parlé le mois dernier de l’arrivée de l’entraîneur italien Carlo Ancelotti au PSG, propriété de Qatar Sports Investments (QSI), il a moins été question de l’annonce par le Qatar de la création d’un fonds d’investissement de 50 millions d’euros, destiné à financer des projets économiques dans les banlieues françaises.

On pourrait se demander si ces investissements massifs en banlieue le sont en raison de la proportion très importante de musulmans qui y résident. Certes, l’État français, impécunieux, ne crache pas sur cet apport d’argent frais, mais par là-même ne laisse-t-il pas un pays étranger choisir ses investissements en fonction de la religion de telle ou telle partie de la population ?

Pour ce qui est du rachat du PSG en juin 2011, à l’évidence, le Qatar avait à cœur de se faire un nom dans l’univers du football, dans la perspective de la Coupe du monde qu’il organisera en 2022. En ce qui concerne les motivations de ses investissements en banlieue, la question est plus ouverte…

Aide à la diversité : vers un « printemps arabe » en France ?

Le double jeu permanent du petit émirat à la fois interlocuteur modéré dans les conflits arabes, et soutien des intégristes musulmans quand il finance les investissements sur le vieux continent ne surprend pas la classe politique française et personne n’ose dénoncer la mainmise du Qatar sur les banlieues qui pourtant peut rapidement dégénérer en une opération de déstabilisation. L’Emirat qui collectionne les coups d’État depuis sa création en 1971, prospère lui-même sous une féodalité obscurantiste qu’il envisage peut-être d’exporter…

Cela est d’autant plus inquiétant que des appels d’Al Qaeda sont lancés en direction des musulmans habitants dans les banlieues françaises. Avec le relais pour le moins efficace de la chaîne d’information continue la plus influente du monde musulman, Al Jazeera… propriété du Qatar qui couvre le monde entier… sauf le Qatar !!!

Peu fréquentable, le Qatar est pourtant très couru par l’ensemble de la classe politique française qui dégouline pourtant de « démocratie » à chaque allocution : Villepin, Delanoë, Debré, Royal… mais surtout Rachida Dati dont la sœur travaille pour le procureur général du Qatar ! Comme le rappelait fort à propos le député Lagarde, président du groupe d’amitié France-Qatar, « la France aurait tort de ne pas nouer des relations commerciales avec ce pays ». Pour quelles contreparties ?

Ensemble contre la politique jacobine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s